24 décembre 2012 1 24 /12 /décembre /2012 04:00

CROIX spiritualite

« Au commencement était le Verbe,..., et le Verbe était Dieu » (Jn 1 ; 1) L'étincelle primordiale fut un Mot, une Parole, une Note de musique, la toute première. La Création est une symphonie divine qui se joue sans discontinuer depuis le début des temps. Une partition parfaite, d'une harmonie sans nom, se répercutant à tous les niveaux d'une réalité multiverselle, résonnant et battant comme un cœur sacré aux confins d'un espace infini.

Les interprètes du morceaux ? Libres comme l'air. Libres d'être eux-mêmes, libres de s'exprimer, libres d'aimer. Mais aussi, libres de jalouser, libre d'introduire des fausses notes, d'apporter la discorde dans la parfaite composition.

Mais inlassablement, la symphonie se poursuit, imperceptiblement l'harmonie se rétablit, tout en douceur. Car le compositeur qui est également le chef d'orchestre n'est pas un dictateur. S'il a écrit cette symphonie, s'il la laisse jouer par des musiciens, c'est pour qu'elle vive. Or dans sa conception de la vie, il y a la place pour la virtuosité et pour le génie mais aussi pour l'imperfection et pour les mauvaises intentions. Le compositeur n'a pas écrit pour que son œuvre soit froidement jouée par un ordinateur mais pour qu'elle soit interprétée, pour le meilleur et pour le pire...

 

A un moment de l'Histoire, la symphonie atteignit un point d'apothéose qui était également le commencement d'un nouveau mouvement : la venue du Compositeur au sein de l'orchestre. Ho, il ne vint pas en grande pompe sur un char de feu, en faisant cesser les musiciens de jouer. Non, il s’inséra délicatement dans le chœur, et corrigea, mine de rien, les plus grosses erreurs d'interprétations, celles qui mettaient en péril l'ensemble de l’œuvre, sa pérennité et la vie des musiciens.

 

Parmi les interprètes, certains prirent conscience de cette discrète et salutaire intervention, d'autres non. Pour interpréter l’œuvre pleinement, le musicien doit être libéré des soucis de la vie quotidienne, il doit devenir transparent aux notes pour qu'elles coulent en lui et se répandent dans l'Univers, irriguant celui-ci d'une lumière incréée de Vie et d'Amour. Certains y parviennent, d'autres non. Et il en est encore ainsi aujourd'hui. Mais jamais Son amour indéfectible pour l'ensemble de l'orchestre et chacun dans sa particularité ne cesse. Car chaque note qui s'envole chuchote un mot d'amour à l'âme esseulée du musicien, qu'il l'écoute ou non.

 

Car telle est Sa manière d'agir, non par la coercition, non par l'intimidation, non par menace mais par l'éducation, par la discrète impulsion, par la fraîcheur d'un souffle d'été, par la goutte d'eau qui fait lentement éclore l'âme. Pour nous comprendre, pour nous sanctifier de l'intérieur, il est venu à nous comme nous : en naissant d'une mère. Qui a dit : Dieu a créé le monde pour connaître la douceur d'une mère ?

 

Chaque Noël n'est pas une commémoration de cet événement extraordinaire presque inconcevable qu'est la venue du Créateur dans le monde par amour de Ses créatures. Non. La Noël est une revivification de cet événement, une réactualisation de celui-ci. L'occasion de rejouer le mouvement, de le goûter davantage, de l'intégrer à chacune de nos cellules. Tout l'Univers chante à cette occasion, tout l'Univers renaît, car en tant qu'auteur de la symphonie cosmique, le Christ choisit de faire coïncider sa venue dans le monde avec le solstice d'hiver. La venue de la Lumière dans le monde coïncide naturellement avec la renaissance de la lumière visible au sein de celui-ci.

 

Très vite, un arbre fut associé à l'événement. Symbole païen antérieur au christianisme ? Qu'importe ! Yggdrasil n'est-il pas un souvenir inconscient de l'Arbre de Vie planté au centre de l'Eden ? Dieu n'abolit pas l'intuition des hommes, il ne fait pas table rase, pas plus qu'il ne fait de la récupération, Il respecte le symbole mythologique tout en l'accomplissant, en lui redonnant son vrai sens. De plus, le sapin, qui reste vert toute l'année, n'est-il pas la manifestation idéale, le symbole rêvé de la Vie éternelle ? En s'élançant dignement vers les nuages, n'est-il pas la figuration du lien entre la Terre et le Ciel, lien-pont que le Christ est précisément venu construire ?

C'est dire l'importance de cet arbre se dressant dans nos maisons et dans nos lieux publics. C'est dire la gravité symbolique et symptomatique lorsque, cédant au fanatisme, l'on décide de l'en retirer.

 

 

Joyeux Noël à tous !!! Que l'Esprit d'Amour qui guida les mages vers le Sauveur de toute l'humanité guide vos pas vers la Lumière que vous recherchez. Que les bénédictions du Ciel emplissent votre vie et celle de vos proches !!! 


http://www.relianceuniverselle.com/

Partager cet article

Repost 0
Published by Orthodoxes d'Europe - dans Spiritualité

Eglises Orthodoxes 

dans le Monde

Recherche

Orthodoxie

IMGP1078

“Jamais, jamais, jamais,

ne laissez jamais quiconque vous dire qu’afin d’être Orthodoxe, vous devez aussi être Oriental.

L’Occident a eu la pleine Orthodoxie mille ans durant, et sa vénérable Liturgie est bien plus ancienne que n’importe laquelle de ses hérésies.”

Saint Jean Maximovitch