5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 04:39

CROIX INFOS bleu

En ouvrant le 2 février la première séance plénière de l’assemblée des évêques de l’Église orthodoxe russe, le patriarche Cyrille de Moscou a mentionné que les archipasteurs sont venus à Moscou afin de discuter dans l’unité « des questions essentielles de la vie de notre Église et d’adresser de façon conciliaire des paroles d’édification au clergé, moines, moniales et fidèles ».

« La sainte Écriture appelle l’Église corps du Christ (cf. Col. I, 24), maison de Dieu (cf. I Tim. III, 15) et un temple saint dans le Seigneur (cf. Éph. II, 21). Pour le croyant, il s’agit là d’une vérité immuable. Mais pour l’incroyant, l’Église n’est vue que comme une société humaine, et il la juge par ses manifestations extérieures, par son influence sur la vie des peuples, sur leur éducation morale et culturelle » a dit le patriarche, soulignant que l’Église « n’est pas de ce monde » (cf. Jn. XVIII, 36), mais elle séjourne dans le monde et se préoccupe du salut du monde. En elle sont unis le divin et l’humain, l’éternel et l’éphémère, le parfait et l’aspiration à la perfection ». Or, « dans son aspect humain, l’Église peut non seulement croître, mais aussi être amoindrie, être persécutée et exterminée » a constaté encore le patriarche. « Au sein de l’Église, les hommes enflammés de foi et d’amour peuvent côtoyer des gens tièdes et négligents quant à leur salut » a-t-il ajouté. « Et le Seigneur permet que différentes épreuves adviennent à l’Église afin d’aider ses enfants à se libérer de l’imperfection et de s’approcher de la sainteté ». Citant les paroles de l’apôtre Jean le Théologien et de la sainte Écriture « Ne vous étonnez pas, mes frères, si le monde vous hait » (I Jn. III,13), le patriarche a appelé la période inter-conciliaire qui s’est écoulée, particulièrement ses quelques derniers mois, une époque d’épreuves, lorsque « l’Église a dû supporter, à plusieurs reprises, des attaques venant de l’extérieur, qui se sont exprimées par toute une série de campagnes tendancieuses et calomniatrices, d’algarades blasphématoires, voire même par la destruction d’objets saints orthodoxes … Tous, nous nous rappelons bien les désordres et l’effervescence, qui se sont produits à la limite des années 2011 et 2012, et qui ont menacé la paix fragile de la société. Cela s’est manifesté particulièrement en Russie et en Ukraine. Dans le premier cas, l’affrontement entre une partie de la société et le pouvoir civil aurait pu se transformer en de dangereux troubles, semblables à ceux qui plus d’une fois apportèrent le malheur à la patrie et au peuple orthodoxe. Certaines forces, qui souhaitaient ébranler les fondement de la vie de l’État et de la société, se sont extrêmement irritées par la position de l’Église orthodoxe russe, qui appelle immuablement au développement pacifique, et progressif de la vie du peuple, au dialogue constructif du peuple et du pouvoir, fondé sur le respect mutuel de ses membres », a poursuivi le primat de l’Église orthodoxe russe.

 « Nous ne cherchons pas la haine à l’égard de qui que ce soit, et nous efforçons de vivre selon la parole de l’apôtre : s’il est possible autant que cela dépend de vous, soyez en paix avec tous les hommes» (Rom. XII, 18) a –t-il encore souligné. « L’Église ne sert pas et ne servira jamais quelques intérêts politiques. Les chrétiens peuvent appartenir à différents courants politiques, exprimer différents points de vue sur la situation dans le pays et dans la société, pour autant que ces courants et points de vue ne soient pas en contradiction avec les fondements de l’enseignement ecclésial ».

Mentionnant que l’Église se trouve « en dehors du combat politique », et qu’elle « donnera toujours aux processus sociétaux une appréciation morale, appellera les opposants au respect mutuel et au dialogue pacifique pour le bien de toute la société », le patriarche a rappelé que l’Église unit « en son sein les chrétiens orthodoxes, sans faire de différence entre eux selon un critère politique ». Elle « accomplit sans cesse, comme l’a enseigné le saint apôtre Paul, des prières, des supplications, des actions de grâce pour tous les hommes (…) et pour tous ceux qui détiennent l’autorité, afin que nous menions une vie calme et paisible en toute piété et dignité » (I Tim. II, 12). Cependant, comme le remarque le patriarche, cela n’a pas été compris et n’est pas compris par ceux qui voulaient utiliser l’Église comme un instrument dans leur combat politique, par ceux qui ont essayé de l’intimider et de la tenter.

source : http://www.orthodoxie.com/

Partager cet article

Repost 0
Published by Orthodoxes d'Europe - dans Le monde orthodoxe

Eglises Orthodoxes 

dans le Monde

Recherche

Orthodoxie

IMGP1078

“Jamais, jamais, jamais,

ne laissez jamais quiconque vous dire qu’afin d’être Orthodoxe, vous devez aussi être Oriental.

L’Occident a eu la pleine Orthodoxie mille ans durant, et sa vénérable Liturgie est bien plus ancienne que n’importe laquelle de ses hérésies.”

Saint Jean Maximovitch