8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 01:44

 

 

Croix bleu 

 

Saint du jour : Saint Julien, évêque de Tolède, (690)

 

Prière de saint Ephrem le Syrien

Seigneur et Maître de ma vie,

l’esprit d’oisiveté, de découragement,

de domination et de vaines paroles,

éloigne de moi.

L’esprit d’intégrité, d’humilité,

de patience et de charité,

accorde à ton serviteur.

Oui, Seigneur et Roi,

donne-moi de voir mes fautes

et de ne pas juger mon frère,

ô Toi qui es béni aux siècles des siècles. Amen.

 

Ouverture

O Dieu, viens à mon aide !

Seigneur, hâte-toi de me secourir !

Gloire au Père et au Fils et au Saint Esprit

Comme il était au commencement et maintenant et toujours et aux siècles des siècles. Amen !

 

Méditation

« Marie est notre guérison. Elle est le produit et la fleur du passé, du présent et de l’avenir. Nous ne sommes plus avides, car nous avons mis au monde le Temple du Seigneur, la Reine des Cieux, la Perfection de la créature. Que personne n’ose plus dire qu’il est inutile ou qu’il a "raté" sa vie !»

Saint Evêque Jean de Saint Denis (1905-1970)

 

Psaume 50

Psaume d’Asaph.

Le Dieu des dieux, le Seigneur, va parler, du levant au couchant la terre est convoquée.

De Sion, beauté parfaite, Dieu resplendit : Il vient, notre Dieu, Il ne reste pas en silence ; devant Lui brûle un feu dévorant, autour de Lui se déchaîne la tempête.

D’en haut, Il convoque le ciel et la terre, pour assister au jugement de son peuple.

Rassemblez pour Lui ses saints fidèles, qui ont fait alliance avec Lui, par les sacrifices.

Et les cieux proclameront sa justice : car Dieu Lui-même vient pour juger.

Ecoute, mon peuple, et Je parlerai, Israël, 

Je témoignerai contre toi, car Je suis le Seigneur ton Dieu.

Ce ne sont pas tes sacrifices que Je blâme, car tes holocaustes sont toujours devant Moi ; 

Je ne réclame pas les taureaux de ton cheptel ni les boucs de tes bergeries ; car tous les animaux des forêts sont à Moi, les milliers de bêtes des montagnes.

Je connais tous les oiseaux du ciel et tout ce qui se meut dans les champs M’appartient.

Si J’avais faim, ce n’est pas à toi que Je le dirais, car le monde est à Moi, et tout ce qu’il contient.

 

LECTURES

 

Ancien Testament : Genèse 49, 29 à 33

Ensuite, Jacob leur donne cet ordre : « Quand je serai mort, enterrez-moi dans la tombe de mes ancêtres. C'est la grotte qui est dans le champ d'Éphron le Hittite, à Makpéla, près de Mamré, en Canaan. Abraham a acheté ce champ à Éphron, pour être propriétaire de la tombe. C'est là qu'on a enterré Abraham et sa femme Sara, puis Isaac et sa femme Rébecca. C'est là que j'ai enterré Léa. Le champ et la grotte qui se trouve là ont été achetés aux Hittites. » Quand Jacob a fini de donner ses ordres à ses fils, il se couche, puis il rejoint ses ancêtres.

 

Ancien Testament : Nombres 20, 3 à 13

Les Israélites accusent Moïse en disant : « Ah ! si seulement nous étions morts, nous aussi, quand nos frères sont morts sous les coups du SEIGNEUR ! Pourquoi est-ce que vous nous avez amenés dans le désert, nous, le peuple du SEIGNEUR ? Est-ce pour mourir là avec nos troupeaux ? Pourquoi est-ce que vous nous avez fait quitter l'Égypte ? Pour nous amener dans ce lieu horrible ? Ici, nous ne pouvons rien semer. Il n'y a ni figuiers, ni vignes, ni arbres fruitiers. Il n'y a même pas d'eau à boire ! » Moïse et Aaron quittent ces gens rassemblés et ils vont à l'entrée de la tente de larencontre. Là, ils tombent, le front contre le sol, et la gloire du SEIGNEUR se montre à eux. Le

SEIGNEUR dit à Moïse : « Prends ton bâton et, avec ton frère Aaron, réunis la communauté d'Israël. Sous leurs yeux, vous parlerez au rocher qui est là-bas, et il donnera de l'eau. Pour eux, tu feras sortir de l'eau du rocher et tu donneras à boire à  la communauté d'Israël et à ses troupeaux. » Moïse obéit, il va chercher son bâton dans la tente du SEIGNEUR. Moïse et Aaron réunissent l'assemblée des Israélites devant le rocher et ils  leur disent : « Écoutez donc, vous qui vous révoltez ! Est-ce que nous serons capables de faire sortir pour vous de l'eau de ce rocher ? » Moïse lève la main et, avec son bâton, il frappe le rocher deux fois. Aussitôt, l'eau sort en grande quantité. La communauté d'Israël peut boire et ses troupeaux  aussi. Mais le SEIGNEUR dit à Moïse et à Aaron : « Vous n'avez pas eu confiance en moi, vous n'avez pas montré aux Israélites que je suis le vrai Dieu ! Pour cela, ce n'est pas vous qui conduirez ce peuple dans le pays que je leur donne. »

Cette source est la source de Meriba, c'est-à-dire la source de la Querelle. En effet, à cet endroit, les Israélites ont cherché querelle au SEIGNEUR. Mais là, le SEIGNEUR a montré qu'il est le vrai Dieu.

 

Evangile selon Saint Jean 4, 5 à 42

Il arrive ainsi à Sychar, une ville de Samarie à proximité du domaine que Jacob avait donné à son fils Joseph, là même où se trouve le puits de Jacob. Jésus, fatigué par la route, s’était assis contre la fontaine ; c’était environ la sixième heure. Survient une femme de Samarie, pour puiser de l’eau. Jésus lui dit : “Donne-moi à boire !” Ses disciples, en effet, s’en étaient allés à la ville acheter des vivres. La femme, la Samaritaine, Lui dit : “Comment, Toi qui es Judéen, Tu me demandes à boire, à moi qui suis une femme samaritaine ?” Les Judéens, en effet, n’ont pas de relations avec les Samaritains. Jésus lui répondit en disant : “Si tu savais le don de Dieu, et qui est celui qui te dit : « Donne-moi à boire », c’est toi qui lui aurais demandé, et il t’aurait donné de l’eau vivante”. Elle Lui dit : “Seigneur, Tu n’as rien pour puiser et le puits est profond, d’où as-Tu donc cette eau vivante ? Serais-Tu plus grand que notre père Jacob qui nous a donné ce puits, et qui lui-même y a bu avec ses fils et ses troupeaux ?” Jésus lui répondit en disant : “Quiconque boit de cette eau aura soif encore, et qui boit de l’eau que je lui donnerai n’aura plus soif à jamais, mais l’eau que je lui donnerai deviendra en lui source d’eau jaillissante en vie éternelle”. La femme Lui dit : “Seigneur, donne-moi de cette eau, que je n’aie plus soif et que je ne revienne plus ici pour puiser”. Il lui dit : “Va, appelle ton mari et reviens ici !” La femme Lui répondit en disant : “Je n’ai pas de mari !” Jésus lui dit “Tu as bien dit, en disant « Je n’ai pas de mari », car tu as eu cinq maris et celui que tu asmaintenant n’est pas ton mari ; en cela tu dis vrai”. La femme Lui dit : “Seigneur, je vois que Tu es prophète ! Nos pères ont adoré sur cette montagne, et vous, vous dites : «C’est à Jérusalem le lieu où il faut adorer !»”Jésus lui dit : “Crois-moi, femme, l’heure vient où ce n’est ni sur cette montagne ni à Jérusalem que vous adorerez le Père. Vous adorez ce que vous ne connaissez pas, nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juifs. Mais l’heure vient, et c’est maintenant, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité. Oui, le Père cherche ceux qui L’adorent ainsi : Dieu est esprit, et ceux qui L’adorent doivent adorer en esprit et en vérité”. La femme Lui dit : “Je sais que doit venir un Messie”, ce qui se traduit : « Christ ». “Lorsqu’Il sera venu, Il nous annoncera tout”. Jésus lui dit : “Je le suis, moi qui te parle !” Là-dessus, les disciples arrivèrent, et ils s’étonnaient qu’Il parlât avec une femme. Pourtant aucun ne Lui dit : “Que désiresTu ?” ou “Pourquoi parles-Tu avec elle ?” La femme alors, abandonnant son amphore, courut à la

ville et dit aux gens : “Venez voir un homme qui m’a dit tout ce que j’ai fait. Ne serait-ce pas le Christ ?” Et sortant de la ville, ils venaient auprès de Lui. Pendant ce temps, ses disciples Le priaient en disant : “Rabbi, mange !” Il leur dit : “J’ai à manger une nourriture que vous ne connaissez pas”. Les disciples se dirent les uns aux autres : “Quelqu’un Lui aurait-il apporté à manger ?” Jésus leur dit : “Ma nourriture est de faire le vouloir de Celui qui m’a envoyé et de parfaire son œuvre. Ne dites-vous pas : « Encore quatre mois et viendra la moisson » ? Voyez, je vous le dis, levez les yeux et contemplez ! Les champs déjà blanchissent pour la moisson. Le moissonneur reçoit son salaire et recueille du grain en vie éternelle, afin que le semeur se réjouisse autant que le moissonneur. Ainsi cette parole est vraie : « Autre le semeur, autre le moissonneur ».

Je vous ai envoyés moissonner là où vous n’avez pas peiné ; d’autres ont peiné, et vous, vous êtes entrés dans leur fatigue”. De cette ville, beaucoup de Samaritains eurent foi en Lui, grâce à la parole de la femme qui rendait témoignage en disant : “Il m’a dit tout ce que j’ai fait !” Lors donc que les Samaritains arrivèrent à Lui, ils Le prièrent de demeurer chez eux. Et Il y demeura deux jours. Etun bien plus grand nombre encore eut la foi à cause de sa parole. Et ils disaient à la femme : “Ce n’est plus seulement sur tes dires que nous avons la foi, car nous L’avons entendu nous-mêmes, et nous savons que c’est Lui, vraiment, le Sauveur du monde”.

 

Intention de prière

Aie pitié de moi, Seigneur, selon ta grande miséricorde, 

Kyrie eleison !

Dieu tout puissant, tu créas toutes choses par ta sagesse,  accorde-moi dans ta bonté d’être victorieux du péché. Amen !

 

Prière à la Mère de Dieu

Mère auguste du Rédempteur, porte du ciel, étoile de la mer,

Toi qui soutiens le peuple qui cherche à se relever,  qui as surpris la créature en engendrant ton Créateur, qui fus saluée par l’archange Gabriel,

Vierge féconde et Mère intacte, aie pitié de nous pécheurs.

 

Clôture

Que le Seigneur Jésus Christ nous bénisse !

Rendons gloire à Dieu, notre Père pour toujours ! 

Amen.

 

www.eglise-orthodoxe.eu

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Orthodoxes d'Europe - dans Prières et méditation

Eglises Orthodoxes 

dans le Monde

Recherche

Orthodoxie

IMGP1078

“Jamais, jamais, jamais,

ne laissez jamais quiconque vous dire qu’afin d’être Orthodoxe, vous devez aussi être Oriental.

L’Occident a eu la pleine Orthodoxie mille ans durant, et sa vénérable Liturgie est bien plus ancienne que n’importe laquelle de ses hérésies.”

Saint Jean Maximovitch