28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 01:12

 

Croix bleu

 

Saint du jour : Sainte Gundelinde, abbesse de Bas-Moutier en Alsace (750)

 

Ouverture

O Dieu, viens à mon aide !

Seigneur, hâte-toi de me secourir !

Gloire au Père et au Fils et au Saint Esprit

Comme il était au commencement et maintenant et toujours et aux siècles des siècles. Amen !

 

Méditation

« Caché par les douleurs du Sauveur, son abandon, sa solitude, derrière le voile, nous contemplons le mariage du Christ. Il dépose le baiser d’amour sur la mort et la mort se réveille, éclate et devient la vie. Il embrasse par sa souffrance toutes celles du monde, et les souffrances éclatent en joie de la résurrection.»

Saint Evêque Jean de Saint Denis (1905-1970)

 

Psaume 22

(Psaume de David.)

Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-Tu abandonné, loin de mes appels, des paroles de ma plainte ?

Mon Dieu, je crie le jour et Tu ne réponds pas, et la nuit même point de repos.

Et pourtant, Tu habites dans le sanctuaire, ô Gloire d’Israël !

En Toi nos pères ont espéré, en Toi ils se sont confiés et Tu les as délivrés.

Vers Toi ils ont crié et ils ont été sauvés : ils n’espéraient jamais en vain !

Et moi, je suis un ver, non pas un homme, honte du genre humain, rebut du peuple.

Tous ceux qui me voient me bafouent, ils ricanent en hochant la tête :

“Il s’est remis au Seigneur, qu’Il le libère maintenant, qu’Il le délivre, puisqu’Il est son ami !”

C’est Toi qui m’as tiré du sein maternel, confié aux mamelles de ma mère.

Sur tes genoux, je fus jeté dès ma naissance, dès le sein de ma mère : c’est Toi mon Dieu !

Ne T’éloigne pas car la tribulation se fait proche et personne ne vient à mon secours.

Des taureaux nombreux me cernent, les buffles de Basan m’environnent.

Contre moi baillent leurs gueules, lions lacérant et rugissant.

Je suis comme de l’eau qui s’écoule et mes os se sont tous dénoués ; mon cœur est pareil à la cire, il fond au milieu de mes entrailles.

Ma gorge est sèche comme un tesson d’argile, ma langue se colle à mon palais ; je me couche dans la poussière de la mort.

Des chiens nombreux sont autour de moi, une bande de vauriens m’assaille.

Ils ont percé mes mains et mes pieds, je pourrais compter tous mes os, eux me toisent et me surveillent.

Ils partagent entre eux mes vêtements, ils tirent au sort ma tunique.

Mais Toi, Seigneur, ne Te tiens pas loin !

O ma force, hâte-Toi à mon secours !

Délivre mon âme de l’épée, ma vie de la griffe du chien.

Sauve-moi de la gueule du lion, ma pauvre âme de la corne du taureau.

J’annoncerai ton Nom à mes frères, en pleine assemblée, je Te louerai.

Vous qui craignez Dieu, célébrez-Le !

Race de Jacob, glorifiez-Le ! Race d’Israël, redoutez-Le !

Car Il n’a pas méprisé la prière du pauvre, ni caché de lui sa Face, mais Il a écouté sa clameur.

C’est Toi ma louange dans la grande assemblée, j’accomplirai mes vœux devant ceux qui Te craignent.

Les pauvres mangeront, ils seront rassasiés, ils loueront Dieu ceux qui Le cherchent, que leur cœur vive à jamais dans la joie !

La terre entière se souviendra et se tournera vers le Seigneur, les familles des peuples se prosterneront devant Lui.

Car au Seigneur appartient le règne : c’est Lui le Maître des nations.

Devant Lui se prosterneront tous les puissants de la terre, devant Lui se courberont ceux qui retournent à la poussière et mon âme vivra pour Lui.

Ma postérité Le servira, on parlera du Seigneur à la génération future, on fera connaître sa justice au peuple qui va naître.

 

LECTURES

 

Nouveau Testament : 1 Corinthiens 11, 23 à 25

Pour moi, en effet, j’ai reçu du Seigneur ce qu’à mon tour je vous ai transmis : la nuit où Il fut livré, le Seigneur Jésus prit du pain et rendant grâce Il le rompit et dit : “Ceci est mon Corps livré pour vous; faites ceci en mémoire de moi.” De même après le repas Il prit la coupe en disant : “Cette

Coupe est la Nouvelle Alliance en mon Sang, chaque  fois que vous en boirez faites ceci en mémoire de moi.”

 

Evangile selon Saint Jean 13, 1 à 17

C'est le dernier jour avant la fête de la Pâque. Jésus sait que le grand moment arrive pour lui : il doit quitter ce monde et aller auprès du Père. Il a toujours aimé ses amis qui sont dans le monde, et il les aime jusqu'au bout. Jésus et ses disciples prennent le repas du soir. L'esprit du mal a déjà mis dans le cœur de Judas, le fils de Simon Iscariote, l'intention de livrer Jésus. Mais Jésus est venu de Dieu et il va auprès de Dieu. Jésus sait cela, et il sait aussi que le Père a tout mis dans ses mains. Pendant le repas, il se lève, il enlève son vêtement de dessus et il prend un linge pour le serrer autour de sa taille. Ensuite, il verse de l'eau dans une cuvette. Il se met à laver les pieds de ses disciples et à les essuyer avec le linge qu'il a autour de la taille. Il arrive près de Simon-Pierre, qui lui dit : « Toi, Seigneur, tu veux me laver les pieds ? » Jésus lui répond : « Maintenant, tu ne sais pas ce que je fais, mais tu comprendras plus tard. » Pierre lui dit : « Non ! Tu ne me laveras jamais les pieds ! » Jésus lui dit : « Si je ne te lave pas les pieds, tu ne pourras pas être avec moi. »

Simon-Pierre lui dit : « Alors, Seigneur, ne me lave pas seulement les pieds, mais aussi les mains et  la tête ! » Jésus lui répond : « Celui qui s'est baigné n'a pas besoin de se laver, sauf les pieds. En effet, il est propre tout entier, il est pur. Vous, vous êtes purs, mais pas tous. » Jésus sait qui va le livrer, c'est pourquoi il dit : « Vous n'êtes pas tous purs. » Quand Jésus a fini de laver les pieds de ses disciples, il remet son vêtement et il s'assoit. Il leur dit : « Est-ce que vous comprenez ce que je vous ai fait ? Vous m'appelez “Maître” et “Seigneur”, et vous avez raison : je suis Maître et Seigneur.

Alors si moi, le Seigneur et le Maître, je vous ai lavé les pieds, vous aussi, vous devez vous laver les pieds les uns aux autres. Je vous ai donné un exemple : ce que je vous ai fait, faites-le vous aussi. Oui, je vous le dis, c'est la vérité : le serviteur n'est pas plus important que son maître, l'envoyé n'est pas plus important que celui qui l'envoie. Maintenant, vous savez tout cela. Vous serez heureux si vous le faites.

 

Litanies de la Vierge

Reine des anges, des patriarches, des prophètes, des apôtres, 

Reine des martyrs, des confesseurs et des vierges,

Reine de tous les saints, 

Reine élevée dans les cieux, 

Reine de la paix, 

Patronne des servantes de l’Eglise,

Prie Dieu pour nous !

Prière à la Mère de Dieu (de Monseigneur Jean)

Ave, Mère des cultivateurs et des vignerons, de ton sein très pur est sortie la vigne de la vie éternelle !

Ave, Mère des troubadours,  la parole exquise bouillonne dans ton cœur et de tes entrailles jaillit le chant nouveau  de la Résurrection. »

 

Clôture

Que le Seigneur Jésus Christ nous bénisse !

Rendons gloire à Dieu, notre Père pour toujours ! Amen.

 

www.eglise-orthodoxe.eu

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Orthodoxes d'Europe - dans Prières et méditation

Eglises Orthodoxes 

dans le Monde

Recherche

Orthodoxie

IMGP1078

“Jamais, jamais, jamais,

ne laissez jamais quiconque vous dire qu’afin d’être Orthodoxe, vous devez aussi être Oriental.

L’Occident a eu la pleine Orthodoxie mille ans durant, et sa vénérable Liturgie est bien plus ancienne que n’importe laquelle de ses hérésies.”

Saint Jean Maximovitch