26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 01:10

 

Croix bleu

 

Saint du jour : Saint Sicaire, évêque de Lyon (435) 

 

Ouverture

O Dieu, viens à mon aide !

Seigneur, hâte-toi de me secourir !

Gloire au Père et au Fils et au Saint Esprit

Comme il était au commencement et maintenant et toujours et aux siècles des siècles. Amen !

 

Méditation

« Chaque matin commence la vie nouvelle. Notre marche n’est pas une marche vers la vieillesse, mais vers les temps qui s’écoulent, un an, cent ans, mille ans, un milliard d’années, c’est une marche vers la jeunesse, les cieux nouveaux, la terre nouvelle.»

Saint Evêque Jean de Saint Denis (1905-1970)

 

Psaume 74

(Morale d’Asaph.)

Pourquoi, Seigneur, nous rejeter sans fin ?

Pourquoi T’enflammer contre les brebis de ton bercail ?

Souviens-Toi du peuple que Tu as adopté,

que Tu as délivré pour qu’il soit ton héritage.

Souviens-Toi de la montagne de Sion, que Tu avais choisie pour ta demeure.

Lève ta main contre ceux dont l’orgueil est sans limite : l’ennemi qui a tout ravagé dans ton sanctuaire.

Les cris de ceux qui Te haïssent résonnent dans tes parvis,  ils ont établi pour signes leurs emblèmes et ils n’ont pas compris ce qu’ils faisaient.

Du haut en bas ils ont levé leur hache comme en pleine forêt, les portes s’abattaient sous la cognée et le marteau.

Ils ont livré aux flammes ton sanctuaire, ils ont renversé et profané la demeure de ton Nom.

Cette meute sacrilège disait dans son cœur :

“Faisons cesser dans le pays les solennités de Dieu !”

Nous ne voyons plus nos signes, il n’est plus de prophètes et personne qui sache jusqu’à quand.

Jusqu’à quand, mon Dieu, l’ennemi T’insultera-t-il ?

L’adversaire blasphémera-t-il toujours ton saint Nom ?

Pourquoi donc as-Tu retiré ta main ? Pourquoi retiens-Tu ta droite sur ton sein ?

Dieu est pourtant notre Roi depuis toujours, Il a opéré le salut au milieu du monde.

Tu as divisé la mer par ta puissance, Tu as brisé la tête du monstre sous les eaux.

Tu as écrasé les têtes du Léviathan, le donnant en pâture aux peuples du désert.

Tu as fait jaillir les sources et les torrents, Tu as desséché des fleuves intarissables. 128

A Toi le jour, Seigneur, à Toi la nuit, c’est Toi qui formas la lune et le soleil.

Tu as fixé les limites de la terre, Tu as créé l’été et l’hiver. 

Souviens-Toi, Seigneur, des blasphèmes de tes ennemis, un peuple insensé outrage ton Nom.

Ne livre pas aux bêtes l’âme de ceux qui Te confessent, n’oublie pas pour toujours la vie de tes pauvres.

Considère, mon Dieu, ton alliance, car ton pays est devenu un repaire de brigands.

Que l’opprimé ne s’en retourne pas déçu, que l’humble et le pauvre puissent louer ton Nom.

Lève-Toi, Seigneur, défends ta cause, souviens-Toi des outrages répétés des insensés !

N’oublie pas les clameurs de tes adversaires, le tumulte grandissant de tes ennemis !

 

LECTURES

 

Ancien Testament : Job 2

Un autre jour, les habitants du ciel sont venus en présence du SEIGNEUR. L'Accusateur est venu avec eux, lui aussi. Le SEIGNEUR lui a demandé : « D'où viens-tu ? » L'Accusateur a répondu : « Je viens de me promener partout sur la terre. » Le SEIGNEUR lui a dit : « Tu as sûrement remarqué mon serviteur Job. Personne ne lui ressemble sur la terre. C'est un homme droit, on n'a rien à lui reprocher. Il me respecte et il évite le mal. Il continue à se conduire parfaitement, et c'est sans raison que tu m'as poussé à le détruire. » Mais l'Accusateur a répondu au SEIGNEUR : « C'est normal : chacun donne pour recevoir. Tout ce qu'un homme possède, il le donne pour sauver sa vie. Mais touche un peu à sa personne, et il te maudira en face, j'en suis sûr ! » Le SEIGNEUR a dit à l'Accusateur : « D'accord ! Il est en ton pouvoir, mais ne le fais pas mourir. » Alors l'Accusateur s'est éloigné de la présence du SEIGNEUR. Il a frappé Job d'une grave maladie de peau, depuis les pieds jusqu'à la tête. Job s'est installé au milieu des ordures et il a pris un morceau de poterie cassée pour se gratter. Sa femme lui a dit : « Tu continues à te conduire parfaitement ? Tu ferais mieux de maudire Dieu et de mourir ensuite ! » Mais Job lui a répondu : « Tu parles comme une folle ! Nous acceptons le bonheur comme un don de Dieu. Alors pourquoi refuser le malheur ? » Dans ce nouveau malheur, Job n'a dit aucune parole qui offense Dieu. Trois amis de Job ont appris tous les malheurs qui sont tombés sur lui. Ce sont Élifaz de Téman, Bildad de Chouha et Sofar de Naama. Chacun est arrivé de son pays. Ils se sont mis d'accord pour partager sa peine et le consoler. Ils l'ont vu de loin, mais ils ne l'ont pas reconnu. Alors ils se sont mis à pleurer à grands cris. En signe de tristesse, chacun a déchiré son vêtement et ils ont jeté en l'air de la poussière qui est retombée sur leur tête. Puis ils se sont assis par terre avec lui pendant sept jours et sept nuits. Aucun ne lui a parlé. En  effet, ils voyaient que sa souffrance était très grande

 

Ancien Testament : Isaïe 63, 1 à 3a

Qui est celui-ci qui vient d'Édom, de Bosra, sa capitale ? Ses habits sont tachés de rouge. Il porte des vêtements magnifiques, il s'avance fièrement, sûr de sa force. Le Seigneur dit : « C'est moi. Je juge avec justice, j'ai le pouvoir de vous sauver. » Ton vêtement est taché de rouge, tes habits ressemblent à ceux d'un homme qui écrase le raisin dans la cuve. Pourquoi donc ? Oui, j'ai écrasé le raisin tout seul dans la cuve. Parmi les peuples, personne n'était avec moi. 

 

Evangile selon Saint Matthieu 24

Etant donc sorti du Temple, Jésus s’en allait, et ses disciples s’approchèrent pour Lui montrer les constructions du Temple. Il leur répondit en disant : “Voyez-vous bien tout cela ? Amen, je vous le dis, il ne restera ici pierre sur pierre qui ne soit renversée !” Comme Il était assis sur le Mont des Oliviers, ses disciples s’approchèrent de Lui, à l’écart, en disant : “Dis-nous quand cela sera, et quel sera le signe de ton avènement et de la consommation du siècle ?” Et Jésus leur répondit en disant :

“Prenez garde qu’on ne vous trompe ; car beaucoup viendront en mon nom disant : « C’est moi le Christ ! », et ils en tromperont beaucoup. Vous allez entendre parler de guerres et de bruits de guerres. Voyez, ne vous troublez pas, car il faut que cela arrive, mais ce n’est pas encore la fin. Car on se dressera nation contre nation et royaume contre royaume, et il y aura des famines et des tremblements de terre en divers lieux. Or tout cela est le commencement des douleurs. Alors ils vous livreront aux tourments et ils vous tueront et vous serez haïs de toutes les nations à cause de mon Nom. Et alors beaucoup trébucheront et se livreront les uns les autres et se haïront mutuellement. Il surgira beaucoup de faux prophètes et ils tromperont beaucoup de gens, et par le débordement de l’iniquité la charité d’un grand nombre sera refroidie. Mais celui qui résistera jusqu’à la fin sera sauvé. Et cet Evangile du Royaume sera proclamé dans tout l’univers, pour servir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin. Quand vous verrez l’abomination de la désolation, annoncée par Daniel le prophète, siéger dans un lieu saint - que le lecteur comprenne -, que ceux qui seront en Judée fuient dans les montagnes, que celui qui sera sur la terrasse ne descende pas pour prendre ce qu’il a dans la maison et que celui qui sera aux champs ne se retourne pas pour prendre son manteau. Malheureuses celles qui seront enceintes et celles qui allaiteront en ces jours-là ! Priez pour que votre fuite n’ait pas lieu en hiver, ni pendant le Sabbat.

Car il y aura alors une grande détresse, telle qu’il n’y en a pas eu depuis l’origine du monde jusqu’à présent, et telle qu’il n’y en aura jamais plus. Et si ces jours-là n’avaient pas été abrégés, nulle chair ne serait sauvée, mais à cause des élus ces jours-là seront abrégés. Alors si l’on vous dit : «Le Christ est ici !», ou : «Il est là !», ne le croyez pas ! Car il surgira beaucoup de faux christs et de faux prophètes, et ils donneront de grands signes et de grands prodiges, au point d’abuser les élus eux-mêmes si c’était possible. Voyez, je vous le dis d’avance. Si donc ils vous disent : « Voici qu’Il est au désert », ne partez pas ! « Voici qu’Il est dans les refuges », ne le croyez pas ! Car comme l’éclair brille de l’orient jusqu’à l’occident, ainsi la venue du Fils de l’homme. En quelque lieu que soit le cadavre, là se rassemblent les aigles. Mais aussitôt après la détresse de ces jours-là, le soleil sera obscurci et la lune ne donnera plus sa lumière, les étoiles tomberont du ciel et les puissances des cieux seront ébranlées. Alors apparaîtra dans le ciel le signe du Fils de l’homme, et toutes les tribus de la terre se frapperont la poitrine et verront le Fils de l’homme venir sur les nuées du ciel avec puissance et grande gloire. Et Il enverra ses anges au son de la grande trompette rassembler ses élus des quatre vents du ciel, d’une extrémité à l’autre. Apprenez la comparaison du figuier : dès que les rameaux deviennent tendres, que les feuilles poussent, vous savez que l’été est proche. De même, quand vous verrez tout cela, sachez qu’il est proche, comme à la porte ! Amen, je vous le dis, cette génération ne passera pas sans que tout cela n’arrive. Le ciel et la terre passeront, mes paroles ne passeront pas. De ce Jour et de cette heure, personne ne sait rien, ni les anges du ciel, ni le Fils, mais le Père seul. Car il en sera de la venue du Fils de l’homme comme du temps de Noé : au temps qui précéda le déluge les gens mangeaient, buvaient, épousaient et célébraient des noces, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche ; et ils ne se doutèrent de rien jusqu’à ce que vint le déluge qui les emporta tous. Ainsi en sera-t-il de  la venue du Fils de l’homme : deux hommes seront dans les champs : l’un sera pris, l’autre laissé ; deux femmes seront à moudre à la meule : l’une sera prise, l’autre laissée. Veillez donc, car vous ne savez pas quand viendra votre Seigneur. Comprenez bien ceci : si le maître de maison savait à quelle heure de la nuit viendra le voleur, il veillerait et ne laisserait pas percer sa maison. Soyez prêts, vous aussi, car le Fils de l’homme vient à l’heure que vous ne pensez pas. Quel est donc le serviteur fidèle et avisé que le maître a établi sur tous ceux de sa maison pour leur distribuer la  nourriture en temps opportun ? Heureux ce serviteur que son maître en revenant trouvera en train d’agir de la sorte. Amen, je vous le dis, il l’établira sur tous ses biens. Le mauvais serviteur, lui, se dit en son cœur : « Mon maître tarde à rentrer », et il se met à battre ses compagnons, à manger et à boire avec les ivrognes. Le maître de ce serviteur reviendra au jour qu’il n’attendra pas et à l’heure qu’il ne connaît pas, et il le retranchera et assignera sa part avec les hypocrites : là il y aura des pleurs et des claquements de dents”.

 

Litanies de la Vierge

Vierge très sage, digne d’honneur et digne de louange,

Vierge puissante, Vierge très bonne, Vierge fidèle, 

Miroir de la sainteté divine, Trône de la Sagesse,

Cause de notre joie, Demeure du Saint Esprit, 

Demeure comblée de gloire, toute consacrée à Dieu, prie pour nous !

 

Prière à la Mère de Dieu(de Monseigneur Jean)

Ave, Mère de tout labeur humain ! 

En toi, nous reconnaissons la Mère de Dieu  et l’œuvre parfaite que dans l’Esprit Saint l’homme a forgée, sculptée, battue, imprimée, teintée, ciselée, taillée, mesurée, pêchée, fondue, extraite, édifiée et produite, ô très pure !

 

Clôture

Que le Seigneur Jésus Christ nous bénisse !

Rendons gloire à Dieu, notre Père pour toujours ! Amen.

 

www.eglise-orthodoxe.eu

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Orthodoxes d'Europe - dans Prières et méditation

Eglises Orthodoxes 

dans le Monde

Recherche

Orthodoxie

IMGP1078

“Jamais, jamais, jamais,

ne laissez jamais quiconque vous dire qu’afin d’être Orthodoxe, vous devez aussi être Oriental.

L’Occident a eu la pleine Orthodoxie mille ans durant, et sa vénérable Liturgie est bien plus ancienne que n’importe laquelle de ses hérésies.”

Saint Jean Maximovitch