15 mars 2013 5 15 /03 /mars /2013 01:56

 

Croix bleu

 

Saint du jour : Saint Aristobule, disciple du Seigneur

 

Prière de saint Ephrem le Syrien

Seigneur et Maître de ma vie,

l’esprit d’oisiveté, de découragement,

de domination et de vaines paroles,

éloigne de moi.

L’esprit d’intégrité, d’humilité,

de patience et de charité,

accorde à ton serviteur.

Oui, Seigneur et Roi,

donne-moi de voir mes fautes

et de ne pas juger mon frère,

ô Toi qui es béni aux siècles des siècles. Amen.

 

Ouverture

O Dieu, viens à mon aide !

Seigneur, hâte-toi de me secourir !

Gloire au Père et au Fils et au Saint Esprit

Comme il était au commencement et maintenant et toujours et aux siècles des siècles. Amen !

 

Méditation

« Le premier fruit de la prière, pour Isaac le Syrien, est l’amour de Dieu. Celui qui prie ardemment élève son esprit, atteint la contemplation, et dans la contemplation naît le désir de Dieu. L’amour deDieu s’acquiert dans la prière.»

Saint Evêque Jean de Saint Denis (1905-1970)

 

Psaume 130

(Cantique des montées.)

Des profondeurs, je crie vers Toi, Seigneur ! Seigneur, écoute mon appel !

Que ton oreille se fasse attentive aux cris de ma prière !

Si Tu retiens les fautes, Seigneur, qui donc subsistera ?

Mais près de Toi se trouve le pardon, je Te crains et j’espère !

Mon âme espère dans le Seigneur, je suis sûr de sa parole.

Mon âme attend le Seigneur, plus sûrement que le veilleur n’attend l’aurore.

Plus qu’un veilleur n’attend l’aurore, attends le Seigneur, ô Israël !

Car auprès de Lui est la miséricorde, la rédemption en abondance.

C’est Lui qui rachètera Israël de toutes ses iniquités.

 

LECTURES

 

Ancien Testament : Exode 6, 2 à 13

Dieu parle encore à Moïse : « LE SEIGNEUR, c'est moi. Autrefois, je me suis montré à Abraham, à Isaac et à Jacob comme le Dieu tout-puissant. Mais je ne leur ai pas fait connaître mon nom “LE SEIGNEUR”. J'ai fait alliance avec eux. J'ai promis de leur donner le pays de Canaan, où ils habitaient comme étrangers. Maintenant, j'entends les plaintes des Israélites, qui sont esclaves des Égyptiens. Et je me souviens de mon alliance avec eux. C'est pourquoi, va dire aux Israélites de ma part : “Le SEIGNEUR, c'est moi. Je vais vous arracher aux travaux forcés. Je vais vous libérer de l'esclavage que les Égyptiens font peser sur vous. Grâce à ma puissance et à mon autorité, je vous libérerai. Je vous prendrai comme mon peuple à moi et je serai votre Dieu. Vous saurez ceci : le

SEIGNEUR votre Dieu, c'est moi, celui qui vous arrache aux travaux forcés de l'Égypte. J'ai juré de donner un pays à Abraham, Isaac et Jacob. Eh bien, je vous ferai entrer dans ce pays-là, et il sera à vous. Le SEIGNEUR, c'est moi.” » Moïse va redire  ces paroles aux Israélites, mais ils ne l'écoutent pas. En effet, ils sont découragés par leur dur esclavage. Le SEIGNEUR dit encore à Moïse : « Va parler au Pharaon, roi d'Égypte. Demande-lui de laisser partir les Israélites de son pays. » Mais Moïse répond au SEIGNEUR : « Même les  Israélites ne m'ont pas écouté. Alors comment le roi d'Égypte pourra-t-il m'écouter, moi qui parle si difficilement ? » Alors le SEIGNEUR commande à Moïse et à Aaron : « Allez ensemble trouver les Israélites et le Pharaon, roi d'Égypte, pour que les Israélites puissent sortir de ce pays. »

 

Ancien Testament : 1 Rois 17, 17 à 24

Quelque temps après, le fils de la veuve qui loge Élie tombe malade. La maladie est si grave que l'enfant meurt. Sa mère dit à Élie : « Homme de Dieu, qu'est-ce que tu me veux ? Est-ce que tu es venu chez moi pour rappeler mes fautes à Dieu et faire mourir mon fils ? » Élie répond : « Donne-moi ton fils ! » La mère tient l'enfant dans ses bras. Élie le prend, il le porte dans la chambre en haut de la maison, là où il loge. Il le couche sur son lit. Puis il prie le SEIGNEUR en disant : « SEIGNEUR mon Dieu, cette veuve chez qui je loge, est-ce que tu veux vraiment lui faire du mal en faisant mourir son fils ? » Ensuite, Élie se couche trois fois sur l'enfant. Il prie en disant : « SEIGNEUR mon Dieu, je t'en supplie, rends la vie à cet enfant ! » Le SEIGNEUR entend la prière d'Élie. Le souffle de l'enfant revient en lui : il est vivant ! Élie prend l'enfant, il le descend en bas de la maison. Il le remet à sa mère et lui dit : « Regarde, ton fils est vivant ! » La femme lui dit : « Maintenant, je sais que tu es un homme de Dieu. La parole du SEIGNEUR est vraiment dans ta bouche. »

 

Evangile selon Saint Jean 19, 25 à 27

Près de la croix de Jésus se tenaient sa mère, la soeur de sa mère, Marie la femme de Kléophas, et Marie de Magdala. Voyant donc sa mère et, tout près, le disciple qu’Il aimait, Jésus dit à sa mère : “Femme, voici ton fils !” Et Il dit au disciple : “Voici ta mère !” Et à partir de cet instant, le disciple la prit chez lui.

 

Intention de prière

Aie pitié de moi, Seigneur, selon ta grande miséricorde, Kyrie eleison !

Dieu tout puissant, tu créas toutes choses par ta sagesse,  accorde-moi dans ta bonté d’être victorieux du péché. Amen !

 

Prière à la Mère de Dieu

Mère auguste du Rédempteur, porte du ciel, étoile de la mer,

Toi qui soutiens le peuple qui cherche à se relever, qui as surpris la créature en engendrant ton Créateur, qui fus saluée par l’archange Gabriel,

Vierge féconde et Mère intacte, aie pitié de nous pécheurs.

 

Clôture

Que le Seigneur Jésus Christ nous bénisse !

Rendons gloire à Dieu, notre Père pour toujours ! Amen. 

 

www.eglise-orthodoxe.eu

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Orthodoxes d'Europe - dans Prières et méditation

Eglises Orthodoxes 

dans le Monde

Recherche

Orthodoxie

IMGP1078

“Jamais, jamais, jamais,

ne laissez jamais quiconque vous dire qu’afin d’être Orthodoxe, vous devez aussi être Oriental.

L’Occident a eu la pleine Orthodoxie mille ans durant, et sa vénérable Liturgie est bien plus ancienne que n’importe laquelle de ses hérésies.”

Saint Jean Maximovitch