18 novembre 2012 7 18 /11 /novembre /2012 03:44

méditation

Seigneur, je désire te trouver.
Tu n'as pas dit : "cherchez-moi dans le vide"
Je sais que tu es la source et que la source est en moi.
Depuis mon baptême, tu vis en moi, Trinité, échange de vie, d'amour et de tendresse. 
Seigneur, je te cherche parceque tu m'attires ; tu m'attends aussi.
Ne me laisse pas t'oublier,
J'ai confiance en toi.

Seigneur, je désire aimer et être aimé.
Tu m'as créé à ton image et à ta ressemblance. 
Tu as mis ta bonté dans mon coeur et elle ne demande qu'à rayonner et se répandre.
Seigneur, je suis bon et capable du meilleur : viens briser mes résistances, que je consente avec joie à cette bonté qui m'habite.
J'ai confiance en toi.

Seigneur, je désire faire ta volonté.
Tu me connais par mon nom, tes entrailles frémissent à tout ce qui fait ma vie, tu me tends la main sans cesse.
Sans doute même me portes-tu souvent sans que je le sache. 
Seigneur, donne-moi de choisir la vie, même et surtout quand l'adversité me submerge.
Donne-moi la force de tout mettre en oeuvre pour la faire grandir, l'embellir, la protéger.
Donne-moi aussi la sagesse de la risquer et de la perdre quand il le faut. 
J'ai confiance en toi.

Seigneur, jai le désir de prier, de renforcer ce lien vital qui nous unit.
J'entends ta plainte devant les hommes et les femmes qui courent un danger et risquent de se perdre, et je veux t'apporter tous ces frères, te présenter leur ignorance et leur folie comme étant les miennes. 
Seigneur, tu veux que pas un ne se perde.
Donne-moi l'audace de rejoindre ton coeur au nom de tous les hommes.
J'ai confiance en toi.

Anonyme

Partager cet article

Repost 0
Published by Orthodoxes d'Europe - dans Prières et méditation

Eglises Orthodoxes 

dans le Monde

Recherche

Orthodoxie

IMGP1078

“Jamais, jamais, jamais,

ne laissez jamais quiconque vous dire qu’afin d’être Orthodoxe, vous devez aussi être Oriental.

L’Occident a eu la pleine Orthodoxie mille ans durant, et sa vénérable Liturgie est bien plus ancienne que n’importe laquelle de ses hérésies.”

Saint Jean Maximovitch