4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 00:25

méditation

 

galilee.jpgLe fondement du christianisme est la conversion, le retournement de l'âme. Comme une fleur, l'âme se tourne vers la Lumière qui l'abreuve et qui l'inonde. Or, cette conversion n'est pas un acte formel consistant simplement à se faire baptiser et à suivre une morale imposée. Non. Rien ne saurait être imposé dans la vraie spiritualité. Au contraire, la conversion est un mouvement intérieur libre et permanent. Sans lui, Dieu ne peut agir.

- Comment ?!? Dieu n'est-il pas tout puissant ?

Bien sûr qu'Il l'est. Mais Dieu n'est pas un dictateur, Dieu n'utilise pas la coercition. Dieu respecte la liberté de sa créature. Ainsi, lorsqu'Il s'incarna et qu'Il parcouru physiquement la Terre, Il arpenta le sol de Jérusalem et de Galilée donnant le choix à chacun de le suivre ou non, d'avoir la foi ou non.

La Galilée ? La terre des païens, des impies, des étrangers. La Galilée ? Autrement dit, le reste du monde, là où le Temple n'est pas. Et contre toute attente, c'est là que les cœurs seront ouverts, c'est là que la semence du Verbe s'implantera et donnera des fruits, c'est là que Dieu sera accueilli à bras ouvert :Après que Jean eut été livré, Jésus vint en Galilée. Il proclamait l’Évangile de Dieu et disait : « Le temps est accompli, et le Règne de Dieu s'est approché : convertissez-vous et croyez à l’Évangile. » (Mc 1 ; 14)

C'est là, dans ces terres, qu'on eût dit inhospitalière à Sa présence, que Dieu se réfugiera lorsque la bêtise humaine et l'aveuglement le rejetteront : Jésus se retira avec ses disciples au bord de la mer. Une grande multitude venue de la Galilée le suivit. (Mc 3 ; 7)

Jérusalem par contre sera le lieu de l'endurcissement, le lieu de la fermeture des cœurs, celle qui provoque la douleur, l'absurde, l’infamie et la mort.

C'est là, à Jérusalem, qu'une partie de la caste des religieux commettra l'erreur de discernement ultime, confondre Dieu avec le démon, le Créateur avec l'adversaire, l'Oint avec Belzébuth : « Et les scribes qui étaient descendus de Jérusalem disaient : « Il a Béelzéboul en lui » et : « C'est par le chef des démons qu'il chasse les démons. »(Mc 3 ; 22)

 

Comment expliquer la fermeture de Jérusalem et l'ouverture inespérée de la Galilée ? Nous avons tous une part en nous de cette Jérusalem là et de cette Galilée là. Lorsque nous nous renfermons sur nos certitudes mesquines, lorsque nous confondons la foi au Dieu d'Amour, de Force et de Vie avec un insipide conformisme à des règles bien humaine, lorsque nous nous enfermons dans la culpabilisation ou le déni de notre nature divine, nous nous fermons à la Parole vivifiante et déificatrice.

 

Par contre contre lorsque nous accueillons la Parole et la Présence comme les Galiléens, avec un cœur renouvelé, vierge, prompt à l'émerveillement, nous sommes alors prêt à devenir des enfants de Lumière : « En vérité, je vous le déclare, qui n'accueille pas le Royaume de Dieu comme un enfant n'y entrera pas » (Mc 10 ; 15).

Il faut une fraîcheur de conscience, d'attente et d'âme pour recueillir Dieu pareil à une Sainte Rosée.

 

Or, toute la difficulté, c'est que la première et délétère attitude est beaucoup plus facile que la seconde. Plus familier, plus rassurant, est le déni de soi, le doute, la fermeture d'esprit et le durcissement du cœur. Malheureusement ces dispositions mentales négatives sont souvent les plus familières à notre âme, elles sont comme une triste famille, elles qui nous ferment à la Présence : Jésus leur disait : « Un prophète n'est méprisé que dans sa patrie, parmi ses parents et dans sa maison. » (Mc 6 ; 4)

 

Ne tient donc qu'à nous de quitter notre zone de confort et de renouveler notre regard. La foi n'est pas une croyance. La foi est l'élancement de l rocautel.jpg'âme en dehors de ce qu'elle connaît, l'élancement de l'être dans le vide, sans filin, à la rencontre de Dieu. La foi, c'est accepter le changement, la mutation de l'être : Puis il fit venir la foule avec ses disciples et il leur dit : « Si quelqu'un veut venir à ma suite, qu'il se renie lui-même et prenne sa croix, et qu'il me suive. En effet, qui veut sauver sa vie, la perdra ; mais qui p erdra sa vie à cause de moi et de l'Evangile, la sauvera. (Mc 8 ; 34-35) 

 

Photo "Galilée" by Hoyasmeg

http://www.relianceuniverselle.com 

Partager cet article

Repost 0
Published by Orthodoxes d'Europe - dans Prières et méditation

Eglises Orthodoxes 

dans le Monde

Recherche

Orthodoxie

IMGP1078

“Jamais, jamais, jamais,

ne laissez jamais quiconque vous dire qu’afin d’être Orthodoxe, vous devez aussi être Oriental.

L’Occident a eu la pleine Orthodoxie mille ans durant, et sa vénérable Liturgie est bien plus ancienne que n’importe laquelle de ses hérésies.”

Saint Jean Maximovitch