26 août 2012 7 26 /08 /août /2012 06:17

 rond

 

août 26, 2012  •  • 

 

© Veritas Entertainment 2012

 Les attaques contre la liberté religieuse et tout particulièrement celle des chrétiens aux États-Unis, la marginalisation du sentiment religieux et de l’expression publique de la foi chrétienne dans la société américaine atteint désormais des seuils jamais vus dans toute l’histoire de cette grande nation. Mais c’est mal connaître les chrétiens américains que d’imaginer qu’ils vont se laisser faire. La réaction a déjà commencé et la sortie le 14 septembre prochain dans 1 200 salles de cinéma du film de long métrage Last Ounce of Courage(une ultime once de courage), un film familial, « pour Dieu et la Patrie », produit par Veritas Entertainmentet réalisé par Darrel Campbell. Il prend à bras le corps le problème de l’érosion des libertés, et notamment, de la liberté religieuse aux États-Unis.

Ce film raconte la saga de trois générations d’une famille imaginaire, celle des Revere, confrontée de nos jours aux attaques contre la liberté religieuse des chrétiens et qui va finir par y répondre dans le sens qu’on imagine… Darrel Campbell a souhaité faire un film« œcuménique, dans le sens où il n’est pas protestant ou catholique, mais chrétien ». Un film dont l’idée lui est venue en lisant un jour un tract intitulé « Gardez au Christ sa place à Noël » alors qu’il était, comme il l’a déclaré à Catholic News Agency, fatigué de constater que Noël « était rejeté à l’arrière-plan de la vie civique ». Je pense qu’on aura d’autres occasions de reparler de ce film qui s’annonce bien intéressant…

D.H.

Partager cet article

Repost 0
Published by Orthodoxes d'Europe - dans Persécutions - Justice - Paix

Eglises Orthodoxes 

dans le Monde

Recherche

Orthodoxie

IMGP1078

“Jamais, jamais, jamais,

ne laissez jamais quiconque vous dire qu’afin d’être Orthodoxe, vous devez aussi être Oriental.

L’Occident a eu la pleine Orthodoxie mille ans durant, et sa vénérable Liturgie est bien plus ancienne que n’importe laquelle de ses hérésies.”

Saint Jean Maximovitch