22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 06:23

A lire, à relire, à méditer...


L'Église de Jérusalem se composait de Juifs et de prosélytes de diverses nations. Les Églises d'Antioche, d'Alexandrie, d'Ephèse, de Rome et toutes les autres étaient composées de Juifs, mais surtout de Gentils.
Chacune de ces églises formait en elle-même un tout indissociable et indivisible. Chacune reconnaissait  comme ses apôtres les apôtres du Christ, qui étaient tous Juifs. Chacune d'elle avait un évêque installé par ces apôtres sans aucune discrimination raciale: cela est évident dans le récit de la fondation des premières Églises de Dieu…
Le même système d'établissement des églises par localité prévaut, même après la période apostolique, dans les églises provinciales ou diocésaines qui ont été constituées sur la base de l'organisation politique alors en vigueur ou pour d'autres raisons historiques. La congrégation des fidèles de chacune de ces églises se composait de chrétiens de toute race et langue…
Paradoxalement, l'Eglise de Grèce, de Russie, de Serbie, de Moldavie et ainsi de suite, ou pour le dire d'une manière moins correcte de l'Eglise russe, l'Eglise grecque, etc, signifient des Églises autocéphales ou semi-indépendantes dans des territoires autonomes ou semi-indépendants, avec des limites fixes identiques à celles des possessions laïques, hors desquelles elles n'ont aucune juridiction ecclésiastique. Elles étaient composées non sur des motifs ethniques, mais en raison d'une situation particulière, et ne se basaient pas entièrement sur la race ou la langue. L'Eglise orthodoxe n'a jamais connu d'églises fondées sur la race... Races et langues coexistaient au sein de la même paroisse, ville ou pays…
Si nous examinons les canons sur lesquels le gouvernement de l'Eglise est construit, on ne trouve nulle part en eux trace de racisme... De même, les canons des Églises locales, lors de l'examen de la formation, de l'union ou de la division des groupements ecclésiastiques, mis en avant pour des raisons politiques ou des besoins ecclésiastiques, ne sont jamais fondés sur des bases raciales… Au vu de tout ce qui précède, il est bien évident que le racisme ne trouve pas de reconnaissance dans le gouvernement et la législation sacrée de l'Eglise.


D' où ce canon du concile panorthodoxe tenu à Constantinople en 1872 :


"Nous désavouons, censurons et condamnons le racisme, la discrimination raciale c'est-à-dire, les querelles ethniques, les haines et les dissensions au sein de l'Eglise du Christ, comme étant contraires à l'enseignement de l'Evangile et aux saints canons de nos pères bienheureux, qui "soutienne la sainte Église et l'ensemble du monde chrétien, l'embellissent et la mènent à la piété divine. " 
Concile panorthodoxe de Constantinople 10 août 1872
Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
IN COMMUNION
source : http://orthodoxologie.blogspot.fr

Si seulement les chrétiens se souvenaient de leurs racines et y étaient fidèles ! L'antiracisme d'aujourd'hui est empreint d'autant de haine que le racisme, c'est haine contre haine...


L'antiracisme authentique, c'est l'amour du prochain, c'est-à-dire la charité."Parce que l'iniquité se sera accrue, la charité du plus grand nombre se refroidira" (Matthieu 24 12).
+ Père Jean-François

Partager cet article

Repost 0
Published by Orthodoxes d'Europe - dans Persécutions - Justice - Paix

Eglises Orthodoxes 

dans le Monde

Recherche

Orthodoxie

IMGP1078

“Jamais, jamais, jamais,

ne laissez jamais quiconque vous dire qu’afin d’être Orthodoxe, vous devez aussi être Oriental.

L’Occident a eu la pleine Orthodoxie mille ans durant, et sa vénérable Liturgie est bien plus ancienne que n’importe laquelle de ses hérésies.”

Saint Jean Maximovitch