10 octobre 2017 2 10 /10 /octobre /2017 15:14

 

le 7 octobre 2017

 

La structure synodale théandrique de l’Eglise

 

 

Le septième synode de l’Orthodoxie Occidentale, présidé par le Métropolite Jacques en présence des évêques de France, s’est tenu au monastère orthodoxe de « La Très Sainte Mère de Dieu et de Saint Nectaire d’Egine » dans le Loiret.

 

Le thème retenu : Le synode de l’Orthodoxie Occidentale.

 

Dans l’Eglise du Christ glorifié dans l’Esprit Saint, on ne peut connaître Dieu que comme « Communion », c’est-à-dire corrélation des trois Personnes divines en un seul Dieu. Aussi, l’Eglise est-elle ontologiquement pénétrée de la Sainte Trinité et se révèle être la vie de Dieu dans chaque homme. Le chrétien vient au Père dans le Fils et par l’Esprit Saint.

 

C’est pourquoi la communauté ecclésiale se doit d’être le lieu de la concorde et de l’amour mutuel de tous : hiérarchie et peuple royal, tous gardiens du dépôt de la foi, communient à l’unique Corps du Christ. Dieu Incréé pénètre tout de ses énergies incréées et donne le modèle de tout rassemblement ecclésial : lui-même « Un en trois Personnes égales en Divinité ». Aussi la vie de l’Eglise est-elle, avant tout, trinitaire en son essence.

 

Le peuple royal est, par nature, intrinsèquement intégré à ce Corps. Et tous les évêques sont égaux entre eux. Pas un seul n’est au-dessus, ou au-dessous, d’un autre. L’image de la Sainte-Trinité imprègne tout synode digne de ce nom.

 

« La charge épiscopale est une : les divers évêques y participent de telle façon que chacun la possède toute entière.  - St Cyprien, De unitate Ecclesiae, chapitre IV -.

 

Tout pouvoir épiscopal s’exerce dans et avec l’Eglise. Aussi, les membres du peuple royal doivent-ils être invités à participer aux travaux des synodes locaux, là où se prennent les décisions nécessaires à la vie de l’Eglise. Seuls les évêques votent, mais tous participent aux débats car le gardien de la foi est tout le peuple des croyants. Il n’y a qu’Une seule Eglise enseignée par le Christ lui-même à travers les évêques investis du ministère de la Parole, mais aussi de tout laïc théologien.

 

Le peuple royal ne saurait s’opposer à la hiérarchie car tous sont, avant tout, membres du peuple de Dieu. Les fonctions de service s’effacent devant l’unité ontologique de tous devant la face du Dieu « Un et Trine ». C’est pourquoi, le magistère orthodoxe s’accomplit seulement dans l’accord du consensus du Corps dans sa totalité. La vérité divine se dégage de cette unité, reflet du Dieu Un en trois Personnes.

 

La structure synodale est théandrique par nature, où l’humanité et la divinité s’unissent en une unique expression laquelle permet, à la fois, la structuration de la communauté ecclésiale mais aussi son fonctionnement équilibré. Toute décision synodale passe par une réceptivité ecclésiale, c’est-à-dire le peuple entier de l’Eglise. Toute décision synodale théandrique s’identifie avec l’essence même de l’Eglise : Une, Sainte, Catholique, Apostolique.

 

Les décisions synodales doivent être existentiellement vécues comme telles. C’est alors qu’elles se qualifient comme catholique et s’identifient avec le germe apostolique. Le principe théandrique s’impose dans l’action synodale, reflet du Christ vrai Dieu et vrai Homme et reflet de la Sainte Trinité où chaque Personne divine s’efface devant l’autre. La concertation synodale prend sa source spirituelle dans le Conseil éternel de Dieu.

 

Le principe théandrique et l’action synodale reflètent les directives divines prises au sein de la Sainte-Trinité. Et si les évêques représentent bien leur Eglise, ils ne peuvent rien faire d’ecclésial sans les fidèles, lesquels ratifient et rendent légitimes les décisions prises en synode. Toute ratification vient du peuple unit à l’épiscopat.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Orthodoxes d'Europe - dans Saint Synode

Eglises Orthodoxes 

dans le Monde

Recherche

Orthodoxie

IMGP1078

“Jamais, jamais, jamais,

ne laissez jamais quiconque vous dire qu’afin d’être Orthodoxe, vous devez aussi être Oriental.

L’Occident a eu la pleine Orthodoxie mille ans durant, et sa vénérable Liturgie est bien plus ancienne que n’importe laquelle de ses hérésies.”

Saint Jean Maximovitch