20 décembre 2015 7 20 /12 /décembre /2015 15:20

 

L'ENSEIGNEMENT dogmatique de l'Eglise orthodoxe est résumé dans le texte initial inaltéré du Symbole de la Foi (communément appelé Credo de Nicée-Constantinople) formulé au IVe siècle par les deux premiers des sept conciles œcuméniques (Nicée et Constantinople), confessant le Père et le Fils et le Saint-Esprit, Trinité consubstantielle et indivisible (comme il est proclamé dans la liturgie selon saint Jean Chrysostome).

L’Eglise Orthodoxe croit en UN seul Dieu, PÈRE tout-puissant, Créateur du ciel (monde spirituel invisible et imperceptible à nos sens, monde angélique) et de la terre (monde visible).

La création doit être comprise dans le sens le plus fort du mot, c'est-à-dire produite par la volonté unique des trois Personnes de la Divine Trinité.

L’Eglise Orthodoxe croit en UN seul Seigneur, Jésus-Christ, Fils unique de Dieu, né du Père avant tous les siècles (en dehors du temps), engendré, non créé, consubstantiel au Père (de même essence que lui), par qui tout a été fait...

L’Eglise Orthodoxe croit à l'incarnation du Fils de Dieu (le Verbe) qui pour nous, hommes (« Dieu s'est fait homme pour que l'homme devienne dieu ») et pour notre salut, est descendu des cieux, s'est incarné du Saint-Esprit et de Marie la Vierge et s'est fait homme (c'est-à-dire a assumé, dans son amour, la totalité de la nature humaine sauf le péché). Les deux natures, divine et humaine, subsistent dans le Christ, « sans confusion ni séparation » (selon le dogme du IVe concile œcuménique de Chalcédoine, au Ve siècle).

L’Eglise Orthodoxe croit à la crucifixion, à la mort, à l'ensevelissement et à la résurrection du Christ, événements prédits par les Ecritures et survenus sous Ponce Pilate, moment historique central de notre salut.

L’Eglise Orthodoxe croit à la montée au ciel du Christ, dans son humanité glorifiée. Siégeant à la droite du Père, Source de tout, Il reviendra du ciel en gloire (visiblement, dans sa Toute-Puissance) juger les vivants et les morts au jour de l'accomplissement de l'histoire du monde.

L’Eglise Orthodoxe croit en l'ESPRIT-SAINT, Seigneur, qui donne la vie, qui procède du Père, qui est adoré et glorifié avec le Père et le Fils, qui a parlé par les prophètes (par prophètes, le Symbole de la foi n'entend pas seulement ceux de l'Ancien Testament, mais également les Pères de l'Eglise, les saints inspirés de Dieu jusqu'à nos jours, et les conciles rassemblant l'Eglise).

Elle croit en l’Eglise une, sainte, catholique et apostolique. Dès l'origine jusqu'à nos jours, la forme canonique de l'Eglise orthodoxe est vécue comme « collégiale », à l'image de la Trinité, d'où la coexistence d'un certain nombre d'Eglises locales administrativement indépendantes, mais liées entre elles par la stricte observance d'une dogmatique, d'une théologie et d'une foi communes, sans chef commun autre que le Christ.

 

Elle confesse un seul baptême en rémission des péchés, et attend (espère et actualise) la résurrection des morts et la vie du siècle à venir.

 

*

*      *

De ces fondements dogmatiques découlent certaines formes essentielles de l'enseignement et de la piété orthodoxes :

 

VENERATION DE LA VIERGE MARIE toute sainte et toute pure, chef-d'œuvre de la création, représentant l'humanité transfigurée, mère de Dieu librement consentante à l'Incarnation (« Qu'il m'advienne selon ta parole », Luc 1, 38).

 

VENERATION DES SAINTS, images de Dieu, parvenus par leurs efforts et par la grâce à la ressemblance divine.

 

VENERATION DES ICÔNES, nous amenant par la contemplation d'une image à l'objet représenté. Il ne s'agit pas d'une représentation imitative mais d'une signification. Le peintre d'icônes ne doit ni inventer (pour respecter l'image signifiante traditionnelle), ni décalquer (pour respecter la liberté de l'art et sa diversité). La vénération des icônes est liée à l'espérance de la transfiguration de la nature visible. Elle est un acte liturgique au même titre que la peinture de l'icône par l'iconographe.

 

PRIERE LITURGIQUE, PERSONNELLE, FAMILIALE

 

La prière est louange, action de grâces ou imploration qui monte vers Dieu.

La prière liturgique est le sang qui nourrit l'Eglise, Corps du Christ (Saint Paul). En elle se manifeste de manière sensible, par le chant et l'attitude, l'unité de ce Corps.

Elle n'exclut pas la prière personnelle, expression individuelle et cachée de cette même unité. La vie chrétienne trouve sa plénitude dans la prière personnelle, dont l’une des formes est la prière du cœur (ou prière perpétuelle).

La prière familiale vivifie, unit et sanctifie les foyers par la célébration de courts offices tels que Laudes le matin, et le soir Vêpres ou Complies, sans exclusive de célébrations plus complètes. De plus, la vie du chrétien est sanctifiée par des prières à des intentions diverses, par exemple la bénédiction des habitations et des instruments de travail, ou à l'occasion d'un voyage ou à celle d'une naissance prochaine (bénédiction de la future mère), ou encore d'épreuves, de maladies, de possessions, etc.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Orthodoxes d'Europe - dans Primatie

Eglises Orthodoxes 

dans le Monde

Recherche

Orthodoxie

IMGP1078

“Jamais, jamais, jamais,

ne laissez jamais quiconque vous dire qu’afin d’être Orthodoxe, vous devez aussi être Oriental.

L’Occident a eu la pleine Orthodoxie mille ans durant, et sa vénérable Liturgie est bien plus ancienne que n’importe laquelle de ses hérésies.”

Saint Jean Maximovitch